10/07/2006

Tout est Joli.(Les Ardentes.)

      Tout est Joli était en Concert au"ARDENTES" ce 8 juillet 2006.

Créé en 1990 par Michel Debrulle et Thierry Devillers (après la dissolution du sextet Glassnotes), Tout est Jjoli/All is Pretty (brillant aphorisme polysémique d'Andy Warhol) évolue en duo (batterie, piano électrique) jusqu'en 1993, date à laquelle ils enregistrent un CD : Tout est Joli/All is Pretty (Igloo). Ils font appel à Fabrizio Cassol (ex-Glasnotes) pour en écrire les arrangements, tandis que le pataphysicien liégeois André Stas en conçoit la pochette.
Au duo initial s'ajoutent un violon (G-A Van Dam), des clarienettes (V. Jacquemin) et un saqueboutte (M. Massot). Le CD, salué par la presse (Le Soir, Jazz in time, The Bulletin…), rencontre un succès d'estime immédiat, passe à la radio (R.T.B.F, France-Inter, France-Culture…) Tout est Joli/All is Pretty, formation à géométrie variable (où l'on croise aussi bien le flûtiste Pierre Bernard que la violoniste Hélène Lieben, le guitariste Jean-Yves Evrard que le compositeur post-dodécaphonique Denis Pousseur), donne de nombreux concerts en Belgique, France, Hollande…jusqu'en 1997. Suivent sept années sabbatiques (et réflexives). En mars 2004, Michel Debrulle et Thierry Devillers décident de recommencer à travailler ensemble. Ils proposent à de jeunes musiciens talentueux de les rejoindre : le compositeur et guitariste Emmanuel Louis (We are not Flower) ; le violoniste Martin Lauwers (tous deux membres de Funk Sinatra) ; la chanteuse auteure-compositrice et comédienne Lara Persain (The Hemingways) ; la multi-percusionniste Myriam Molet, faisant de fréquents séjours en Afrique, aux sources du blues, ayant joué avec des grands musiciens maliens. Leur musique évolue vers une plus grande radicalité rock, blues, et leur nouveau concept de country progressive lui est parfaitement approprié. Jamais le groupe n'a aussi bien groové. C'est calme et puissant à la fois et aussi charnel, spîrituel, sérénissime, distancié, sexy.
Cela va partout, jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique, et c'est riche de tout ce que cela évoque. Les chansons (basiques) de T.D S'enrichissent de l'étoffe d'arrangements décalés et collectifs. Elles sont serties de mille et une citations diamantines, verbales et musicales. Les textes, en anglais et en français, avec quelques incursions italiennes et allemandes, parlent de la force de l'amour et de la débilité de la mort.                               Article de:Robert Armin.

 

 

 

 

15:57 Écrit par J'aime la Musique... dans Les Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : live, concert, les ardentes |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.